D’où je suis crédible avec mon petit féminisme dogmatique médiocre quand Zemmour fait montre d’une telle expertise?

ERIC EST DANS LA PLAAAACE pour nous donner une bonne leçon de féminisme, parce que t’sais quoi ? Y’en a MARRE des féministes qui racontent des sottises, Eric il va nous apprendre notre taf et puis au passage nous donner une grosse leçon d’humilité aussi parce qu’il a dit plein de trucs que perso je savais trop pas.

Causerie féministe entre personnes ultra concernées

J’te plante le décor. On est sur CNews, il est presque 20h, tu sais pas pourquoi mais ta télé (genre t’as une télé) est bloquée sur CNews. Reste avec moi j’te dis, je plante le décor. Bon. Du coup t’es obligé.e de regarder « Face à l’info » qui passe à ce moment-là. Et sérieux, t’es pas prêt.e pour la claque que tu vas te prendre, tu vas être bien bien face à l’info que merde, les gens, on avait rien compris au féminisme. Comme j’te l’dis. On a 4 mecs blancs, tranquilou de la zézette, qui papotent avec une érudition qui dépasse l’entendement des tendances printemps-été féminisme&confinement. HEUREUSEMENT que j’ai établi pas plus tard qu’il y a quelques jours que je déteste pas les hommes blancs. Pfiou, comment j’aurais eu l’air sotte.

Donc, 4 mecs blancs et une présentatrice, Christine Kelly, qui pose des questions qui fâchent, ‘tention, et qui nous enjoint, dans cette belle émission, à « prendre un peu de hauteur sur l’actualité ». Carton plein pour la hauteur, tu vas voir. Moyenne d’âge 200 ans. On est bon. On peut parler de La Fêêêêmme et de ces connasses de féministes qui font rien que lui monter le bourrichon. J’espère que t’es prêt.e parce que ça va dénoncer direct dans tes dents.

Zemmour-amour attaque direct sur les querelles intra-féminisme en nous expliquant que y’a DEUX types de féministes. Bon déjà, les meufs, merci de prévenir quoi. Moi j’suis là dans mon coin depuis mille ans à me sentir pousser des ailes à raconter que j’fais partie d’un truc complexe. Complexité mon cul, deux types on te dit : les féministes universalistes qui (je vais citer au plus fidèle) « disent que les femmes sont des hommes comme les autres, en gros » (j’ai l’impression qu’il a bien fait de dire « en gros », j’le sentais pas sûr-sûr), et les féministes différentialistes qui disent « non, les femmes ont des qualités spécifiques, en général supérieures aux hommes ». Bon bah merde, il vient de commencer, je sais déjà plus où j’en suis. Moi j’avais cru qu’on était vénères de toujours prendre l’homme comme point de ref, mais NAN, rien compris la meuf : soit t’es un homme comme les autres, soit t’es mieux.

Ah, pardon, il avait pas fini : « Enfin toutes se, c’est des querelles qui, qui, se ra-, euh se con-, se, euh, pfff [haussement d’épaules, Eric il en vraiment rien à fout’ de nos querelles j’ai un peu l’impression, mais il nous les explique tout de même, heureusement] se consomment dans la même détestation de l’homme. » Ah bah VOILA, on l’avait dit ou pas ça?! Il a bien fait de chercher ses mots, on tient un élément en plus : l’homme n’est pas juste le point de ref, c’est la raison d’être du féminisme, qui le déteste. Ah mais okaaaay, moi j’me fais chier à écrire des posts entiers pour expliquer à l’endroit et à l’envers que non, mais d’où je m’emmerde, Zemmour dénonce parce qu’il sache, lui.

Et il a pas froid aux yeux, j’vais t’dire. Il poursuit : « En fait qui estiment que l’homme, euuuh, est un horrible, euuuh, l’horrible patriarcat qui a euuuh [raclement de gorge] euh… pf… comment on peut diiire. Euh qui a euh asservi les femmes depuis des milliers d’années. Là elles se retrouvent pour euh… pour se… pour euh, pour condamner l’homme et en particulier l’homme blanc. » Bon ça a été laborieux mais bordel, comment on est content.es qu’il soit arrivé au bout. Voilà qu’on en sait plus. Et à nouveau, trop sympa les meufs, alors comme ça j’apprends qu’il y a des réunions de condamnation d’homme blanc? Y’a moyen d’faire tourner l’info des fois? A tous les coups c’est encore grosse teuf nues dans les bois, les nuits de pleine lune, pour boire le sang des règles de nos aînées, et on me dit rien, bordel.

La présentatrice tente une question accompagnée de « pffrr » d’Eric, de haussements d’épaules, d’yeux au ciel (ça fait comme une petite chorégraphie d’expert-blasé #SoCute). J’te dis même pas la question tellement il répond à côté parce que déjà Zemmour il a aut’ chose à foutre que répondre à tes questions okay ? Zemmour il connait les réponses, il a pas besoin de ton ignorance okay ? «Alors là y’a plusieurs choses» annonce-t-il, concentré. «Madame Schiappa nous dit euuuh c’est formidable, les femmes sont très utiles, regardez les infirmières, etcetera. Très juste ! Moi ça m’amuse, que on prenne ça en exemple parce que c’est justement des métiers spécifiquement féminins [sourire, regard vers les comparses qui dit ‘c’est rigolo non?’]. Donc c’est le « care » comme disent les Américains, c’est-à-dire le soin, etcetera. Donc c’est pas très féministe de dire ça. » Bah oui, rapport au… à… Je sais pas, cette partie j’ai pas trop compris, mais J’AVOUE trop pas féministe l’autre, « Bravo les infirmières », genre. Heureusement que y’a encore des mecs pour bien nous distribuer les nominettes de féministes, avoue que nous, on s’y perd.

« Mais… [condède Zemmichou] elle se rattrape en disant que les femmes sont aussi, j’vois ce, vous avez vu, le p’tit film euuuh de de de propagande gouvernementale à la gloire des femmes euuuh y’a des femmes euuuh policières, y’a des femmes euuuh etcetera [Par contre c’est que moi ou on commence à sentir qu’on s’fait un peu avoir avec le «etcetera»?] moi je trouve que c’est, c’est toujours la même méthode des des des féministes, c’est-à-dire d’un côté on critique les discriminations au détriment des femmes [rha les connasses, déjà, de UN] puis après on fait des discriminations au détriment des hommes [Mais siii il a déjà expliqué, « les femmes policières, etcetera »] Pourquoi ne pas faire un film à la gloire euh de des livreurs, des chauffeurs, des policiers, des gendarmes qui sont tous des hommes. Pourquoi les femmes euh auraient un rôle plus important dans cette épidémie que d’autres ? [« d’autres », PAR EXEMPLE les hommes il veut dire, mais aussi, d’autres quoi. Les hommes, etcetera] J’vois pas, j’vois pas en quoi elles sont plus importantes ».

Et là, temps fort du débat, ça chauffe, l’un des autres mâles prend la parole et CASSE Riri : «Ce sont pas tous des hommes les policiers, les gendarmes.» Le pey, pas peur quoi, il y va, la fleur au fusil, sans statistiques, RIEN, le mec qui doute de rien quoi. Confiant le Eric : « Mais c’est bien c’que j’dis, j’lai dit, je eh bien, on est d’accord. J’lai dit. Absolument » [genre juste avant de quand j’ai dit « c’est tous des hommes », j’sais pas, merde, écoute quoi].

Bon. Moment critique, j’étais un peu nerveuse. À ce stade, conquise, gros potentiel de déception sur la suite quand Eric se met à définir le féminisme. Mais pfouah, comme un chef : le féminisme, « c’est une idéologie qui explique que les les femmes euh, euh sont euh tellement utiiiles etcetera [bien ouèèèj sur le etcetera Eric] mais personne n’a nié que les femmes étaient utiles. [haussement d’épaules] » Bim bam boum, fermez vos gueules les féministes. C’est plié, c’t’histoire, aller hop.

Christine Kelly enchaîne en mode ‘oui, askip les féministes elles réécrivent l’histoire. Si si, vous avez dit ça à un moment, et notre audience elle avait bien aimé, vous avez pas envie de le redire ?’ Ni une ni deux, Eric confirme que ouais, carrément, chiffres à l’appui steuplait : «depuis 30 ou 40 ans». Puis tous des trucs sur Olympe de Gouges que je savais pas (genre que « dans les livres d’Histoire euh de nos enfants, deux pages, elle a plus que Robespierre. C’est une réinvention de l’Histoire. »Alors que « à l’époque, tout le monde s’en moquait » de la pauvre Olympe. CQFD. Quoi?)

Enfin, un autre intervenant, Marc Menant, nous gratifie lui aussi de la pureté de sa connaissance, et nous propose également deux catégories de féministes : «Moi je différencierais la tendance Badinter, les féministes d’une certaine époque, et celles d’aujourd’hui» HIIIIII bordel j’hyperventile les fiiiiilles, on parle de nous 😍 « qui ont été chercher même du sexe dans les mots, quand on écrit ‘des chefs d’état’ avec -FFE et là on est quand même dans une aberration totale [mains portées à la tête pour bien montrer l’aberration totale] c’est-à-dire que si on devait écrire avec cette nouvelle façon, imaginez un roman, avec des -E, des -ES… » Merde, j’avoue. Le bordel. Avant d’énoncer ce qui sera repris par Kelly pour clôturer cette bien belle émission : «Les mots n’ont pas d’sexe». Du coup bah ouais, laissons tout au masculin, c’est plus sûr. Eric retentera un « Nan mais surtout… » mais la présentatrice qui, il me semble, a bien pris ses aises à force d’entendre causer féminisme, lui coupe la chique sans sourciller : « Il est 20h. Il est 20h. » Et 20h, c’est l’heure où ils applaudissent sur le plateau tous les livreurs, chauffeurs, policiers, infirmiers, enseignants, puériculteurs qui sont tous des hommes. Dus voilà.

Pour les plus avides de connaissance, c’est ici et ça commence à 43′ https://www.youtube.com/watch?v=zuB8YbhgWw8&t=1281s

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :