D’où tu parles de sublime toi ?

Point rapide sur la sortie abrutie de Fabien Lecoeuvre. Le monsieur trouve que la chanteuse Hoshi n’est pas à son goût. Il trouve qu’elle n’est pas à son goût, publiquement, à la radio. Le monsieur trouve qu’elle est décidément très talentueuse, ha ça oui, mais par contre est-ce qu’elle aurait pas envie d’utiliser quelqu’un de « sublime » comme véhicule de tout ce talent ? Le monsieur est enfoiré ascendant morceaux de vomi.

On va faire ça en checklist, comme ça vous pourrez l’utiliser la prochaine fois que vous aurez envie de nous informer de la taille de votre trique à la vue de l’une d’entre nous.

1/Lâchez-nous le cul avec vos injonctions. Je répète, lis-le autant de fois que possible : LÂCHEZ-NOUS LE CUL AVEC VOS INJONCTIONS. Et avec vos regards dégueu qui pensent qu’à nous évaluer en fonction de notre baisabilité. C’est quoi l’idée, c’est parce que tu sais qu’elle veut pas de toi ? C’est ça, dès qu’on s’écarte même d’un poil (LOL) de vos exigences de merde, il faut que vous nous fassiez savoir, haut et fort, qu’on ne bénéficie plus de ce luxe suprême qu’est votre envie de nous baiser ? Vous me dégoûtez bordel.

2/Ce qui est merveilleux c’est que soit on est officiellement moche, soit on est officiellement sublime, soit on se situe quelque part entre les deux, et dans tous les cas on est, qu’on le veuille ou non, sur votre fucking baromètre là, en fonction duquel sera évalué notre humour, notre intelligence, notre force, notre parole, notre existence, tout ça à l’aune de la taille de nos boobs. Avant d’être quoi que ce soit d’autre, on doit être belle ou moche. Quoi qu’il arrive faut qu’on sache d’abord si on est un trou acceptable à vos yeux. La gerbe. La honte. La violence.

3/On sait toutes ce qu’on vaut physiquement, pour des mecs cis. Tu sais pourquoi ? Parce qu’on est toutes évaluées par vos sales regards. Vos réflexions « bienveillantes » sur notre corps. Vos « compliments » sur nos formes, ou absence de. Vos « préférences » sur notre maquillage, sur nos cheveux, sur nos talons. Vos « blagues » sur notre tenue. Votre « drague ». Votre « second degré ». Votre « imagination ». Votre évaluation, constante, de notre apparence. C’est un rappel régulier que notre valeur tient à ce qu’on est baisable. Tu réalises ça ? Evaluer notre apparence, c’est une dimension centrale de la culture du viol. C’est nous prévenir que la société t’autorise ça, valorise ça. C’est nous ramener systématiquement à l’idée que le respect que tu daigneras nous témoigner tient à combien tu nous trouves bonne. Sachant qu’être bonne n’impose pas non plus automatiquement le respect. Parce que ce qui compte c’est pas qu’on atteigne tes standards, c’est qu’on les craigne.

4/Non, l’équilibre n’est pas rétabli parce qu’on te dit à toi que t’es moche. Parce qu’en vrai, ton ego en prendra peut-être un petit coup. Peut-être que tu te pensais tellement au-dessus du lot que la réplique te prendra un peu de court. Mais elle ne s’inscrira pas dans une société qui te demande de préparer ton « summer body » la moitié de l’année, de perdre les kilos des fêtes l’autre moitié, qui te méprise violemment si t’as des poils, de la peau, des tâches, du gras. On n’a pas commenté régulièrement ton physique depuis que tu es tout petit. On ne t’a pas mis en concurrence sur un nombre incroyable de normes improbables pendant ton adolescence, te poussant à une autosurveillance constante. On ne te montre pas à poil dans la douche pour vendre un yaourt. Tu vois tout le temps des gens qui te ressemblent à la télé, sans que ça soit « courageux » ou « inclusif ».

5/Oublie tes excuses à base de « maladresse », de « hors contexte », de « déso que t’ait été blessée parce que vraiment y’a aucune raison, tout ça c’est dans ta tête ». Même tes excuses elles puent le ressac merdeux. À quel point faut-il être toxique pour penser que ton évaluation du physique d’une femme est ok parce que t’as dit un autre truc, aussi, en même temps. On veut des excuses, pas des justifications. Cette arrogance.

6/Virez-nous ces mecs blancs de la parole médiatique. Virez-nous ces mecs qui pensent qu’ils sont tellement les rois du monde, et traités comme tels, qu’ils peuvent se permettre ce genre de sortie. Incapables de penser autrement qu’à travers un cadre misogyne. Et qu’on arrête de les excuser par leur supposée ignorance. Ça n’est pas de l’ignorance: ils sont entourés de discours qui leur expliquent le problème. Ça n’est pas de l’ignorance, c’est un choix, un positionnement. Watch us plus laisser passer ça.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :